Pratique
Comment faire un bon CV ?

Comment faire un bon CV ?

Qui ne sait pas que la chance pour décrocher un job réside premièrement dans le CV ? C’est assez logique, car sachez que les recruteurs n’y passent que 8 secondes au maximum et passent à un autre. Il est donc très important que vous misiez sur la présentation et la forme de votre CV afin de décrocher le poste de votre rêve. Mais comment faire ? Rédiger un CV n’est pas chose facile. Il ne s’agit pas de citer toutes les missions déjà prises ni de citer les expériences acquises, mais de se présenter clairement de façon très courte, mais surtout très convaincante pour inciter le recruteur à vous choisir et non un autre candidat.

Donner les informations clés

Eh oui, comme cité plus haut, un CV c’est une présentation claire, courte et concise de vos parcours professionnels. Aussi, autant donner toutes les informations clés y afférentes. Vous devez y mentionner votre identité et vos coordonnées. Et vous ne devez pas non plus oublier de citer les expériences professionnelles, formations et compétences acquises et qui ont un rapport significatif avec le poste demandé.

Pour savoir si telle ou telle information doit être insérée ou non, posez-vous la question si elle est utile ou non si vous êtes à la place du recruteur. Normalement, un CV doit permettre de mettre au contact le recruteur avec le candidat de son choix. C’est un peu comme une carte de visite professionnelle. Ce qui dit que vous ne devez donc pas y introduire une information qui pourrait le faire fuir.

Bannir certaines expressions

Un CV ne fait pas que présenter vos parcours professionnels. Il doit également présenter votre côté personnel. Il doit pouvoir renseigner le recruteur sur votre statut matrimonial, votre âge, le nombre de vos enfants si vous en avez, et vos préférences et compétences personnelles (niveau de langues, connaissances informatiques, centres d’intérêt, etc.) qui peuvent se compléter aux critères recherchés par le recruteur.

Dans la rubrique « langues », vous devez éviter d’utiliser les expressions banales et routinières de « lu, écrit, parlé ». Cela n’aide pas le recruteur à savoir si vous manipulez telle ou telle langue étrangère. Il veut surtout savoir si vous saurez très bien, dans le cas d’un poste de secrétaire par exemple, répondre au téléphone, rédiger un document ou accueillir un client avec telle ou telle langue.

Dans le cas où vous êtes débutant, ne le mentionnez jamais. Complétez le vide par citer vos stages, vos matières professionnelles, votre job étudiant s’il y en a. Cela vous aidera à avoir une plus grande note. De plus, votre motivation d’avoir dû travailler pour pouvoir financer vos études sera très appréciée du recruteur.

Ne jamais mentir et exploiter les « trous »

Lorsqu’on a vécu une très longue période d’inactivité due à un chômage technique, à une maladie, à une crise socio-économique ou à un congé de maternité, on est parfois tenté de mentir dans nos CV. Pourtant, c’est une grande erreur.

Ne pas mentionner qu’on est déjà mère de famille ou ajouter une année à sa dernière expérience est par exemple très risqués. Tôt ou tard, les recruteurs s’en apercevront et même si vous êtes retenu pour le poste cela va avoir un impact sur la continuité de votre mission.

Pour pouvoir « flouter » cette période ou compenser ce vide, sachez exploiter ces « trous ». Misez sur la présentation de votre CV. Vous pouvez, par exemple, ne citer que les 5 dernières années professionnelles. Le reste, vous pouvez en parler et le lui expliquer lors d’un entretien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.